Le Domaine D’ici là

Sur d’abruptes coteaux calcaires entre Rhône et montagne, nous cultivons 5,5 hectares de vignes selon les méthodes de l’Agriculture Biologique. À chaque saison, le travail est effectué à la main et le raisin est vendangé en petites caisses de trente litres pour préserver au maximum la qualité du fruit.

Du cep au verre, notre objectif est le même : accompagner le plus naturellement possible le raisin en minimisant l’utilisation d’intrants pour préserver l’éclat des cépages locaux de notre vignoble. Altesse, Chardonnay, Mondeuse et Gamay sont élevés patiemment pour donner naissance à des vins que nous souhaitons vivants mais précis. Nos vins blancs, rouges et pétillants sont en AOC Bugey ou en Cru Montagnieu. Des cuvées plus atypiques comme un vin orange et des vins élevés en amphores de terre cuite verront également bientôt le jour dans notre tout jeune domaine.

N’hésitez pas à venir nous rendre visite pour déguster nos premiers vins.

A bientôt ! Florie & Adrien

Les Sols et les Vignes

Les montagnes du Bugey méridional incarnent les derniers contreforts du Jura. Notre encépagement est singulier, nous en partageons une partie avec nos voisins savoyards : l’Altesse et la Mondeuse sont deux variétés qu’il nous tenait à cœur de cultiver et vinifier. Ces typicités de cépages, de terroir et de relief nous ont convaincu d’y lancer notre aventure viticole.

Dans les vignes, c’est avec nos nos mains que nous nous attachons à travailler, quelles que soient les parcelles. De la taille hivernale à la récolte, ce lien manuel et charnel avec les ceps est une évidence pour nous mais c’est aussi la garantie d’un travail qualitatif et méticuleux. Côté parcellaire, la répartition de nos 5 hectares en 3 îlots sur les communes de Montagnieu, Lhuis et Groslée nous permet de bénéficier d’expositions différentes mais aussi de sols variés.

Les pentes sont raides et les largeurs de rangs ne sont pas toutes égales : certaines parcelles ne sont pas mécanisables. Ainsi, les sols enherbés toute l’année sont simplement entretenus au fil. Dans les parcelles plus accessibles, nous passons une à deux fois dans la saison une griffe pour décompacter en superficie les sols puis des lames intercep qui nous permettent de gérer l’herbe de façon mécanique sous le rang, lorsque cela est nécessaire. Enfin, tisanes et purins de plantes (ortie, consoude…) nous épaulent régulièrement dans la conduite de nos vignes.

Le Coteau de Montagnieu 

Au lieu-dit des Princines, nos parcelles du Cruit et du Replat dominent le village de Montagnieu à 400m d’altitude sur des sols d’argiles et de calcaires, idéals pour la finesse des Altesses et l’intensité des Mondeuses. En contrebas, aux Galettes, sur de fines argiles, nos vieilles Altesses sont cultivées palissées mais aussi sur échalas, avec un enherbement permanent et total, géré au rotofil. En Messieurs, derrière le grangeon pointu, se jouxtent nos deux petites parcelles de très vieux Gamay et de Chardonnay.

Les éboulis de gravité de Groslée 

Sur la Croisette, un coteau vertigineux au pied d’une falaise calcaire, les Altesses et les Mondeuses trouvent racines dans des sols extrêmement caillouteux où ces deux cépages autochtones se plaisent particulièrement. Travailler sur la Croisette n’est pas de tout repos : les rangs les moins pentus sont gérés mécaniquement et les parties trop abruptes sont désherbées au rotofil.

Les moraines glaciaires de Lhuis 

Nos Chardonnay lhuisards sont plantés à 400m d’altitude sur des terrasses alluvionnaires qui confèrent aux vins fraîcheur et tension. Les parcelles sont plantées larges et davantage au plat. Elles nous permettent ainsi de pratiquer un travail léger et superficiel du sol bien que la roche, souvent affleurante, n’est jamais très loin.

Les Vigneron(e)s

L’envie de créer ce domaine est apparue en 2016, au milieu des vignes.

De lien familial avec la vigne pourtant, nous n’en avions pas. Je me souviens simplement du vin nouveau de la ferme de mes grands-oncles paysans, au nord de l’Alsace où j’ai grandi. Je me souviens aussi petite fille, des heures passées à table à observer mon père sentir et goûter le vin qu’il avait minutieusement choisi, puis me passer son verre pour qu’à mon tour je trempe mon nez dedans. Ce rituel olfactif puis un beau jour, gustatif a forgé ma curiosité de l’enfance à l’adolescence. Quelques années plus tard, en quittant l’Alsace, je passe un BTSA en viticulture-œnologie et je rejoins le domaine du Bouc et la Treille dans les Coteaux du Lyonnais. Sur les 9 hectares menés en Bio, durant 3 ans,  j’apprends à piocher, planter, tailler, ébourgeonner, presser, soutirer…

Au milieu de ces vignes enherbées,  je rencontre Adrien.  Il vient de faire plusieurs saisons dans les vignobles et caves du nord de la Vallée du Rhône à Ampuis, Condrieu et Chavanay. Il passe un Bac pro vigne et vin qui le mène aussi pendant quelques mois dans le vignoble lyonnais. Du fauchage manuel à la taille ; du tressage aux vinifications, il y apprend cette fois la viticulture bio. De lien familial avec la vigne, il n’en a pas non plus mais une passion pour ces lianes, de l’énergie et beaucoup de détermination !

Notre projet de vignoble est aussi un projet de vie. Le territoire du Bugey nous parle pour ses cépages, son relief, ses jolis terroirs et sa dynamique prometteuse. Sortir des sentiers battus, explorer une région sauvage où la biodiversité domine encore et participer à la conservation de cépages autochtones : le cadre est choisi.

Au mois de novembre 2017, nous rencontrons un peu par hasard (ou pas… ) Patrick Charlin, notre prédécesseur qui vient de prendre sa retraite. Ce sont ses parcelles méticuleusement entretenues, ses vins délicats, l’humanité du vigneron et surtout son envie de transmettre le métier qui ont fini de nous convaincre : nous étions au bon endroit, au bon moment !

Un an et demi plus tard, notre premier millésime est en bouteille et le second est en cave… Nous goûtons nos jus régulièrement pour en appréhender les contours et l’esprit. Rendez-vous au caveau pour découvrir le fruit de cette première & intense année de labeur.

Les Vins

Nous travaillons dans les vignes et à la cave en Agriculture Bio, certifiés par un organisme agréé. Nous sommes en première année de conversion, celle-ci pourra donc être mentionnée sur nos étiquettes dès le millésime 2019.

Lithos, Chardonnay 2018

Assemblages de trois parcelles situées sur Lhuis et Montagnieu. Terroirs de moraines glaciaires et d’argiles très fines. Pressurage lent et doux et élevage en cuve béton, sur lies fines. Au nez, silex et bergamote ; en bouche ananas frais et minéralité ciselée. Volume total de la cuvée : 36 hl (4800 bouteilles).

La Croisette, Altesse 2018

Coteau escarpé d’éboulis calcaires à flanc de falaise. Pressurage doux et lent, élevage de 9 mois en cuve béton, sur lies fines . Au nez, poire confite et délicate ; en bouche du coing frais et de la tension : minéralité et salinité. Volume total de la cuvée : 32 hl (4200 bouteilles). AOC Roussette du Bugey.

Les oubliés, vin orange 2018

Terroir de moraines glaciaires, à 400m d’altitude. Macération de Chardonnay en grappes entières pendant un mois. Pressurage manuel, vin non filtré ni sulfité. Élevage de 11 mois en cuve sur lies fines. Volume total de la cuvée : 1,5 hl (200 bouteilles).

En Messieurs, Gamay 2018

Vieilles vignes plantées sur des argiles très fines à Montagnieu. Macération carbonique de 7 jours, fermentation spontanée, grappes entières, foulage très léger. Ce vin n’a pas connu de sulfites, excepté au moment de la mise en bouteille. Au nez et en bouche, de la fraise et de la cerise fraîche. Volume total de la cuvée : 6 hl (800 bouteilles).

La Croisette, Mondeuse 2018

Coteau escarpé d’éboulis calcaires. Macération de 9 jours en fermentation spontanée, 2/3 en vendange entière, 1/3 en vendange égrappée. Au nez des notes poivrées, de guimauve et de violette ; en bouche, de la griotte souple, épicée et croquante. Volume total de la cuvée : 17 hl (2200 bouteilles).

Brut Nature, Blanc de blancs, 100% Chardonnay 2018

Pétillant en méthode traditionnelle, 100% Chardonnay. Terroir de moraines glaciaires sur de petits rendements. Pressurage très lent et doux. Élevage sur lies fines en cuve pendant 4 mois puis élevé en bouteilles « sur lattes » pendant 9 mois. Au nez, vivacité du fruit et notes de fleurs blanches, en bouche pureté, rondeur et minéralité. Volume total de la cuvée : 29 hl (3900 bouteilles).

Cuvées à suivre…

(Avec un peu de patience… millésime 2019) : une Mondeuse sur le Cru de Montagnieu élevée en amphores de terre cuite, de très vieilles Roussettes sur le Cru de Montagnieu élevées en demi-muids, une macération de Roussette en barriques et une méthode traditionnelle en Cru de Montagnieu. On a hâte !

Illustration et graphisme : Mélanie Vialaneix d’après la collection des fossiles de Cerin.

Nous contacter

Nous vous accueillons au caveau toute l’année du lundi au samedi, sur rendez-vous.

Florie Brunet : 06 70 39 32 28 – Adrien Bariol : 06 95 00 51 31

190 impasse du Richenard – 01680 Groslée Saint-Benoît / (suivre les panneaux « Cave Patrick Charlin »).

contact @ domainedicila.fr

facebook/domainedicila/

Vous pouvez aussi nous contacter en remplissant ce formulaire, nous vous répondrons très rapidement.