Les Sols et les Vignes

Les montagnes du Bugey méridional incarnent les derniers contreforts du Jura. Notre encépagement est singulier, nous en partageons une partie avec nos voisins savoyards : l’Altesse et la Mondeuse sont deux variétés qu’il nous tenait à cœur de cultiver et vinifier. Ces typicités de cépages, de terroir et de relief nous ont convaincu d’y lancer notre aventure viticole.

Dans les vignes, c’est avec nos nos mains que nous nous attachons à travailler, quelles que soient les parcelles. De la taille hivernale à la récolte, ce lien manuel et charnel avec les ceps est une évidence pour nous mais c’est aussi la garantie d’un travail qualitatif et méticuleux. Côté parcellaire, la répartition de nos 5 hectares en 3 îlots sur les communes de Montagnieu, Lhuis et Groslée nous permet de bénéficier d’expositions différentes mais aussi de sols variés.

Les pentes sont raides et les largeurs de rangs ne sont pas toutes égales : certaines parcelles ne sont pas mécanisables. Ainsi, les sols enherbés toute l’année sont simplement entretenus au fil. Dans les parcelles plus accessibles, nous passons une à deux fois dans la saison une griffe pour décompacter en superficie les sols puis des lames intercep qui nous permettent de gérer l’herbe de façon mécanique sous le rang, lorsque cela est nécessaire. Enfin, tisanes et purins de plantes (ortie, consoude…) nous épaulent régulièrement dans la conduite de nos vignes.

Le Coteau de Montagnieu 

Au lieu-dit des Princines, nos parcelles du Cruit et du Replat dominent le village de Montagnieu à 400m d’altitude sur des sols d’argiles et de calcaires, idéals pour la finesse des Altesses et l’intensité des Mondeuses. En contrebas, aux Galettes, sur de fines argiles, nos vieilles Altesses sont cultivées palissées mais aussi sur échalas, avec un enherbement permanent et total, géré au rotofil. En Messieurs, derrière le grangeon pointu, se jouxtent nos deux petites parcelles de très vieux Gamay et de Chardonnay.

Les éboulis de gravité de Groslée 

Sur la Croisette, un coteau vertigineux au pied d’une falaise calcaire, les Altesses et les Mondeuses trouvent racines dans des sols extrêmement caillouteux où ces deux cépages autochtones se plaisent particulièrement. Travailler sur la Croisette n’est pas de tout repos : les rangs les moins pentus sont gérés mécaniquement et les parties trop abruptes sont désherbées au rotofil.

Les moraines glaciaires de Lhuis 

Nos Chardonnay lhuisards sont plantés à 400m d’altitude sur des terrasses alluvionnaires qui confèrent aux vins fraîcheur et tension. Les parcelles sont plantées larges et davantage au plat. Elles nous permettent ainsi de pratiquer un travail léger et superficiel du sol bien que la roche, souvent affleurante, n’est jamais très loin.